En cette période de morosité économique, pour ne pas dire de récession, de nombreuses interrogations sont posées par les épargnants français.

En effet, ce qui est arrivé aux Grecs et aux Islandais peut-il se produire avec les avoirs hexagonaux ? Alors que les cotations boursières ne cessent de chuter, ces questionnements sont légitimes mais très alarmistes selon de nombreux éminents experts. En effet, au mois d’octobre dernier et dans un vœu de sécurité financière, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a notamment augmenté le plafond de garantie de 70 000 à 100 000 Euro par agent économique et par compte. Sans être un Etat providence, cette mesure est une aubaine pour garantir durablement les épargnes et les comptes courant de chacun.

La solidité de la France n’est plus à prouver


Le Gouverneur de la Banque de France lui-même, Christian Noyer, a insisté sur la solidité du système économique Européen. Selon lui, cette baisse des bourses n’a pour l’instant aucun lien avec les épargnes des ménages français. La précédente crise amorcée en 2009 à cause des subprimes aurait pu causer bien plus de dégâts, et pourtant, cela n’a pas coûté un seul centime au contribuable. Au contraire, l’Etat français avait même réalisé une plus-value sur l’emprunt contracté auprès des banques. Ces indications auront de quoi tordre le cou aux nombreuses rumeurs qui circulent actuellement sur internet et à la télévision. Il est vrai que la France dispose de nombreuses garanties, tant au niveau Européen qu’au niveau international.