Dans le cadre d’une communication officielle, l’association des notaires de France évoque l’année 2011 qui a finalement été relativement stable par rapport à l’année 2010, concernant les logements neufs comme les logements anciens.

Toutefois, d’autres conclusions sont beaucoup moins positives, comme celle indiquant que le volume de transactions a diminué de l’ordre de 13 %. La nervosité du marché et la raréfaction des acheteurs ont entraîné cette inévitable chute. De ce fait, les prévisions pour l’année 2012 sont également mauvaises puisque le nombre de vente ne devrait même pas atteindre les 100 000 transactions de l’année 2011. Il est important de rappeler qu’il y a eu 115 000 transactions en 2010.

Une année 2012 à surveiller de près

Le jeu de l’offre de la demande va donc battre son plein afin de réguler un marché de plus en plus sous tension. À ce titre, les notaires préfèrent anticiper la baisse des transactions. Les raisons sont diverses mais réelles puisque la raréfaction des crédits acceptés, une croissance nulle voire faible ou encore des réformes taxant plus les propriétaires ne peuvent pas aider à redynamiser un marché en nette perte de vitesse depuis 12 mois. Nous devons nous attendre un exercice 2012 particulièrement tendu. Gageons que certains propriétaires soient prêts à baisser leurs prix afin de vendre leurs biens immobiliers, même si ce scénario ne sera possible qu’en cas d’un besoin d’une vente rapide.