Alors que la rentrée approche, des milliers d’étudiants en France sont à la recherche d’un logement. Comme d’habitude, les agences immobilières sont prises d’assauts par les familles pour obtenir un studio ou un 2 pièces pour les chanceux. Toutefois, ces dernières en profiteraient selon UFC-Que Choisir pour augmenter les prix et multiplier les abus.

Augmentation des loyers

Les logements destinés aux étudiants (comme aux personnes actives) sont de plus en plus onéreux, c’est notamment ce qui ressort d’une récente étude menée par l’association UFC-Que Choisir. Paris est évidemment la ville la plus chère puisque les prix ont augmenté de plus de 10 %. En province, il en est de même, notamment à Toulouse et à Nice. Lyon et Bordeaux sont les rares villes où les loyers diminuent.

Divers abus de la part des agences immobilières

Le manque de logements étudiants est principalement à l’origine de cette flambée des prix. En matière d’abus, certaines agences pourraient être épinglées par l’association dans les prochains jours. En effet, certaines d’entre elles évoquent le terme « exclusivité » dans leurs annonces alors qu’elles ne font que reprendre les offres parues sur certains sites internet notamment.

Aussi, pour que l’offre paraisse plus conséquente, des locations déjà louées sont présentées pour tromper les internautes. Enfin, certaines agences demandent un paiement avant même la remise de la liste des logements disponibles, une pratique pointée du doigt par l’association. Des sanctions pourraient intervenir dans les prochaines semaines au sujet de ces pratiques.