Alors que le nouveau projet de loi a été entériné par le Premier Ministre lors d’une récente allocution, les fédérations immobilières n’ont pas tardé à donner leurs opinions quant à ses taxations sur le patrimoine.

Bien que la FNAIM, la fédération nationale de l’immobilier a apprécié les non-modifications de l’attribution du PTZ + (Prêt à Taux Zéro +), elle émet un bémol au sujet de la suppression de l’abattement sur les plus values immobilières à compter du cinquième exercice. Selon la FNAIM, cela entraînera un découragement chez les potentiels investisseurs qui voyaient en cet abattement une raison de continuer à investir, notamment sur les terrains non encore bâtis.

Des taxations supplémentaires qui devraient entrainer des hausses des prix

De son coté, la SNAL, le Syndicat National des Aménageurs Bâtisseurs, remet complètement en cause les décisions prises par le gouvernement Fillon III. La SNAL est inquiète au sujet de la hausse des taxations sur les terrains à vendre, ce qui devrait, selon elle, entrainer inévitablement une hausse du prix des terrains pour équilibrer ce manque à gagner. Enfin, le plan d’austérité prévoit également la hausse sur les conventions d’assurance, soit une hausse du coût de l’assurance à l’échelle du contribuable. En somme, les axes sélectionnés par le gouvernement ne conviennent que très moyennement aux experts immobiliers. Le plus important est que les niches fiscales, notamment liées à la loi Scellier, ne soient pas (encore) touchées.