Certaines personnes, et plus précisément les notaires, craignent que les ventes en ce qui concerne le secteur de l’immobilier ancien, n’atteignent des chiffres bas. Pour eux, 2012 risque de ressembler à l’année 2009 durant laquelle le nombre de ventes avait été particulièrement bas. Ils remettent en cause l’abattement sur les plus-values immobilières prévu en 2013.

 

Des chiffres à la baisse

 

Alors que de 2000 à 2007 ainsi qu’en 2011, les ventes de biens immobiliers anciens étaient en moyenne proches de 800 000 ventes chaque année. L’année 2009 avait été marquée par un nombre de ventes beaucoup plus faible dans ce secteur.

 

En effet, seules 594 000 ventes ont été comptabilisées cette année là. Or, les notaires craignent, qu’en 2012, le nombre de ventes soit proche de seulement 650 000 voir encore plus proche du chiffre de 2009.

 

L’abattement sur les plus-values immobilières remis en cause

 

Le gouvernement actuel a établi un projet de loi de finances qui consiste à effectuer un abattement de 20 % sur les plus-values immobilières sur le marché de l’ancien. Cela ne concerne pas les résidences principales.

 

Or cette plus-values devrait prendre effet en 2013. Cet abattement a donc pour effet d’offrir une amélioration de la fiscalité pour les vendeurs. Ces derniers sont donc plus intéressés d’attendre 2013 pour vendre leurs biens,  plutôt que de le faire en 2012 sans l’avantage fiscal.

 

Des ventes à la hausse en 2013 ?

 

On peut comprendre le désarroi des notaires. Néanmoins, cet abattement devrait avoir un effet positif sur les ventes en 2013. Or, peut-être que les ventes perdues en 2012, seront en quelques sortes annulées par un nombre de ventes record en 2013.