Dans un contexte économique particulièrement tendu, il semblerait que des réelles castes se dessinent entre ceux qui peuvent acheter des biens immobiliers et ceux qui ne peuvent que louer.

La situation hexagonale ressemble à s’y méprendre à la structure sociale de la société française, à savoir quelle est composée de disparités notables. Le monde de l’immobilier ne déroge pas à cette règle puisque le profil des investisseurs est en train de changer. Tous les voyants sont au rouge concernant la population jeune. À titre d’exemple il y a aujourd’hui 11 % de jeunes acheteurs de moins de 30 ans alors qu’ils étaient 32 % en 2007.

Des mesures gouvernementales sont à prendre

Aussi, les ménages qui souhaitent acheter un bien immobilier sans aucun apport sont aujourd’hui de 9 % alors qu’ils étaient de 21 % en 2007. En somme, l’optimisme n’est pas d’actualité sur le marché hexagonal concernant les jeunes. Une grande méfiance est également visible auprès des particuliers puisqu’ils sont de moins en moins nombreux à penser ou à proposer d’investir dans l’immobilier. Afin de contrecarrer la croissance de ces disparités, la fédération française du bâtiment souhaite favoriser l’accès au logement neuf comme ancien à l’égard de la classe moyenne. N’oublions pas que le secteur locatif est un véritable poumon économique pour la France. La problématique du logement sera sans nul doute au cœur des débats lors de la prochaine élection présidentielle de 2012.