Il s’agit là d’une grande première depuis près de 30 ans, l’investissement locatif n’est plus soutenu par le gouvernement depuis la mort annoncée de la loi Scellier. Alors que l’année 2011 a été particulièrement compliquée concernant le marché de l’immobilier, l’année 2012 devrait, espérons-le, donner la possibilité aux investisseurs de reprendre la main.

Toutefois, les chiffres parlent d’eux-mêmes puisqu’un investissement locatif sur deux depuis ces 30 dernières années a bénéficié d’une subvention fiscale de la part de l’État. Selon les différents experts, notamment politiques, il semblerait que les caisses soient bien vides pour espérer un quelconque financement concernant l’investissement locatif. Cela étant, quelques voix montent au créneau pour signaler que cette loi avait également participé à l’augmentation des prix des terrains. Toutefois, les dispositifs fiscaux privilégiant l’investissement locatif ont permis d’en créer plus d’un million sur les 30 dernières années.

Des solutions à venir ?

Toutefois, n’oublions pas que le nouveau mode opératoire de la loi Scellier permet tout de même de déduire 13 % de l’impôt dans le cadre d’un investissement maximal de 300 000 €. Même si l’avantage est moindre que par le passé, cette loi est tout de même largement plus profitable que tous les autres avantages fiscaux. Concernant l’après Scellier, la campagne présidentielle de 2012 pourrait nous apporter son lot de réponses car le logement est un véritable fléau au sein de l’Hexagone. Reste à savoir ce qu’il sera possible de réaliser dans les prochains mois car les enjeux sont colossaux (en terme d’emploi notamment).