Alors que les prix restent élevés en cette rentrée 2011, l’idée de vendre votre bien immobilier pourrait vous traverser l’esprit afin de réaliser une plus-value.

Toutefois, les normes législatives ont été quelque peu modifiées, notamment à cause du plan d’austérité proposé par le Premier Ministre François Fillon. La plus-value n’est autre que la différence entre votre prix de revente et votre prix d’achat. Notons que les travaux réalisés pendant votre possession ou les différents frais liés aux différents diagnostics obligatoires (amiante, DPE, etc…) sont additionnables au prix d’achat. Une excellente nouvelle afin de comptabiliser toutes les charges réelles liées à votre bien immobilier.

Une volonté de vendre atténuée par les nouvelles normes fiscales

L’imposition de cette revente bénéficie d’un abattement, même si ce dernier a été réduit à son minimum dans le cadre du plan d’austérité. Il est passé de 10 % à 2 % au-delà de la cinquième année, à 4 % après la dix-septième année et à 8 % après la vingt-quatrième année. Cette exonération complète n’est possible qu’à compter de la trentième année, contre 15 ans auparavant. Des restrictions qui ne vous empêcheront pas de réaliser des plus-values intéressantes si vos biens immobiliers ont bénéficié d’une belle augmentation entre la date d’achat et la date de vente. Bien sûr, toutes les ventes et les évaluations de plus-values sont réalisées par un notaire. Faites un point précis concernant vos biens immobiliers en terme de durée de rentabilité et du nombre d’années depuis l’achat.