Si de nombreux experts parient toujours, à l’heure actuelle, sur une hausse des taux d’intérêt des crédits immobiliers, Cafpi, le spécialiste du courtage dans ce domaine, se révèle être beaucoup plus optimiste, allant même jusqu’à affirmer que, malgré l’augmentation continue depuis ces cinq derniers mois, le coût de ces emprunts ne devrait plus beaucoup évoluer d’ici à la fin de l’année.

En effet, de l’avis de ce courtier, l’apaisement que connaissent actuellement les marchés des obligations devrait contribuer à stabiliser ces chiffres, Philippe Taboret, rappelant, en tant que Directeur Général Adjoint de cette enseigne, que « l’OAT 10 ans a beaucoup grimpé ces derniers mois, sous l’effet d’un environnement économique instable et de la difficulté de certains pays européens – Grèce, Irlande, voire Portugal – à rembourser leur dette », mais que la tendance s’inversant, tout devrait donc retrouver un équilibre, la seule difficulté résidant alors dans le taux directeur de la Banque Centrale Européenne, que celle-ci pourrait bien durcir, influençant alors principalement les taux révisables, relativement peu sollicités en France, mais pouvant également impliquer à nouveau la hausse des OAT et toucher donc également les taux fixes.

Bien que la remontée de ces taux n’ait pas encore eu d’effet significatif sur le nombre de demandes de prêts immobiliers, le fait que ceux-ci dépassent désormais la barre des 4 %, même pour des durées de remboursement relativement courtes, de l’ordre de 15 ans, pourrait bien finir par décourager les futurs propriétaires les plus frileux, ne souhaitant pas payer leur emprunt aussi cher.