La France se positionne dans le haut du tableau en ce qui concerne les prix les plus élevés rencontrés sur le marché de l’immobilier, une « performance » qui doit aussi beaucoup à Paris, devenue la capitale européenne la plus onéreuse de l’Union européenne.

Une tension manifeste sur les prix

L’accès à l’investissement en immobilier en France se complique pour de nombreux ménages et particuliers, les prix ont littéralement explosé avec des augmentations récurrentes d’année en année depuis 1998. Un doublement voire un triplement des prix au mètre carré se constate sur l’ensemble du territoire, Paris étant désormais largement inaccessible. En la matière, la France s’aligne sur le Danemark pour les prix élevés, la détente se fait attendre alors que de nombreux observateurs s’accordent à dire que l’immobilier français atteint des niveaux de valorisation qui sont loin de refléter la réalité. Explosion prochaine d’une bulle ? En attendant la détente, les chiffres suffisent à illustrer cet état de fait.

Paris et sa banlieue, le point noir

Pour se porter acquéreur d’un bien immobilier dans la capitale française, mieux vaut appartenir aux tranches les plus privilégiées de la population. Le coût au mètre carré s’élève en moyenne à 8260 euros à Paris en augmentation de 7 % sur un an comparativement par exemple à Berlin ou le mètre carré se négocie autour de 2500 euros. Un différentiel aussi impressionnant dans la banlieue parisienne, le mètre carré s’établit dans la première couronne à 4430 euros, il faut compter 3140 euros au mètre carré dans l’agglomération au sens large.