Les notaires sont unanimes, le marché de l’immobilier en 2012 sera en baisse concernant le nombre de transactions enregistrées, qui sera plus ou moins accentué selon l’évolution du cadre fiscal et règlementaire et des taux d’intérêt.

2012 ne sera pas faste

Que ce soit concernant l’immobilier neuf ou ancien, l’année 2012 ne sera pas dynamique, avec une baisse inéluctable des transactions. Les notaires constatent ainsi une baisse sensible des transactions sur le début de l’année, qui n’est pas encore confirmée par des chiffres officiels, mais qui est palpable pour ces acteurs situés au premier rang sur ce marché. L’immobilier devrait connaitre une période marquée par une décrue, avec une moindre pression sur les prix. L’année 2011 avec plus de 850 000 transactions avait été particulièrement dynamique, 2012 sera bien moins faste avec un recul qui sera plus ou moins marqué selon l’évolution de l’environnement fiscal, des taux d’intérêt et de la législation.

Un marché qui pourrait être en fort repli

Les projections optimistes font état d’une baisse des transactions somme toute limitée, avec des chiffres en baisse de 10 à 15 % et l’assurance de ne pas descendre sous le chiffre de 700 000  opérations immobilières. Mais ces prévisions se basent sur des taux d’intérêt stables et surtout ne prennent pas en compte de nouvelles éventuelles restrictions réglementaires avec notamment un renforcement des droits des locataires et une fiscalité plus confiscatoire. Des éléments qui pourraient s’avérer fortement dissuasifs pour les investisseurs immobiliers avec une chute certaine des transactions sous la barre symbolique des 700 000 ventes.