Tous les pans de l’activité immobilière sont touchés par la crise, même chez les acquéreurs recherchant des biens de luxe. Cette crise est somme toute bien moins importante sur ce segment que sur les autres comme pour les habitations principales par exemple.

Ce type d’acquéreurs met de plus en plus de temps à se décider, c’est pourquoi certains biens restent souvent sur la touche pendant plusieurs semaines alors qu’auparavant ils étaient vendus en quelques jours. Cette hésitation est intimement liée aux cordons de la bourse, notamment concernant la force de l’Euro face au dollar. De plus, même si ces propriétaires pas comme les autres peuvent financer l’achat d’une demeure comptant, ils préfèrent emprunter pour préserver leur fiscalité personnelle.

Une hésitation de rigueur avant l’achat

En France, la réforme concernant les plus-values immobilières qui sera lancée en février 2012, va entrainer inexorablement une grande accélération du marché d’ici à cette date. On peut donc imaginer que les biens de prestige vont connaitre un boom durant le prochain trimestre. De plus, alors que les prix rendaient tous les investissements « Français » impossible il y a encore quelques semaines, la baisse de l’immobilier parisien va entrainer une régulation automatique des prix dès les prochaines semaines. Une aubaine pour les familles parisiennes qui cherchent à se loger à des tarifs raisonnables. Le jeu de la demande et de l’offre va battre son plein en ce dernier trimestre 2011 pour le plus grand bonheur des acheteurs qui vont pouvoir réaliser des bonnes affaires.