Devenir propriétaire de son logement : le rêve de bon nombre de ménages. Toutefois, alors que le taux d’intérêt moyen est descendu à 3.59 % en juin, et qu’il se situe entre 3.70 et 4 % pour une durée d’emprunt de vingt ans, les ménages restent frileux à l’idée d’investir. C’est ce que souligne l’Observatoire du Crédit logement/CSA, en indiquant une baisse considérable du montant des prêts immobiliers sur les six premiers mois de 2012, en comparaison avec les six premiers mois de l’année précédente. Quelles sont les raisons de cette frilosité ambiante, et quelle est la situation actuelle des propriétaires ? Explications et petit tour d’horizon.

Les raisons d’un marché immobilier qui stagne

Encore fortement présente dans les esprits des français, la crise économique et financière a laissé des conséquences chez de nombreux ménages. Le chômage n’en finit pas de grimper, déployant ainsi son arsenal de mauvaises nouvelles : perte de salaire, précarité, et difficultés à faire face aux différentes obligations du quotidien.

Pour ces ménages fragilisés, la baisse des taux immobiliers ne suffit pas à les convaincre d’acheter. Et, qui plus est, les banques sont également de moins en moins enclines à octroyer des prêts immobiliers, sans disposer d‘une sécurité en termes d’emploi, à savoir un contrat à durée indéterminée. Même si ce sésame pour devenir propriétaire ne suffit plus non plus, au vu de sa fragilité. C’est pourquoi, de plus en plus de banques exigent un apport financier au moins égal à 10 % du capital emprunté, pour accorder l’emprunt.

Enfin, l’arrêt du prêt à taux zéro, concernant l’achat dans l’ancien, constitue également une raison à la baisse conséquente des prêts immobiliers.

Pour toutes ces raisons, le marché immobilier est actuellement en berne, mais certains acheteurs potentiels peuvent cependant y trouver l’occasion de réaliser de bonnes affaires. De même que les propriétaires, pour qui cette période est favorable à la renégociation des prêts.

La situation des propriétaires actuels

Si les acquéreurs potentiels ont de fortes chances de profiter de conditions de prêt avantageuses, il en est de même pour les propriétaires souhaitant renégocier leur prêt immobilier.

En effet, en cette période de crise du marché immobilier, les banques sont plus attentives aux requêtes de leurs clients, surtout ceux qui disposent d’un bon dossier, ou qui se trouvent en fin de prêt.

Il est ainsi possible de bénéficier d’un geste de sa banque, afin de diminuer le taux de son prêt négocié quelques années auparavant.

A défaut, il est toujours possible de se tourner vers des organismes de rachat de crédit, lesquels sont susceptibles d’offrir de nouvelles conditions très intéressantes.

Attention toutefois ! Il convient, pour réaliser une bonne affaire, et ne pas perdre d’argent, de remplir au moins deux conditions parmi celles-ci.

Il est impératif que la différence entre l’ancien et le nouveau taux soit au moins de 1%. De même, la somme restant à rembourser doit être supérieure à 50 000 €, et il est vivement conseillé de faire racheter son crédit avant la moitié de la durée de l’emprunt.

A ces conditions, le rachat de crédit peut s’avérer véritablement intéressant pour l’emprunteur.