Le secteur immobilier continue de jouer au chat et à la souris avec les investisseurs. Au-delà des achats réalisés par les particuliers dans les grandes villes, le segment concernant les achats de logements neufs est aussi durement touché en cette année 2012.

Une baisse de 29 % lors du deuxième trimestre 2012

Concrètement, cette baisse se poursuit en cette année 2012. Lors du premier trimestre déjà, elle a été de 25 %, et, lors du deuxième trimestre, elle est encore plus importante puisqu’elle est de 29 %. Un sacré coup porté envers les promoteurs qui ne peuvent qu’observer les dégâts.

In fine, il n’y a eu que 27 000 logements neufs commandés lors du deuxième trimestre 2012 contre plus de 34 000 en 2011.

La fin de la loi Scellier en ligne de mire

La principale cause de cet effondrement chez les particuliers n’est autre que la fin de l’avantage fiscal lié à la Loi Scellier. Cette loi permettait aux nouveaux acquéreurs de bénéficier d’une déduction fiscale conséquente, ce qui les empêchait de payer des impôts grâce à un investissement immobilier.

Quel plan pour régler le problème du logement en France ?

Au niveau du gouvernement, les lignes ne bougent que trop peu au niveau immobilier, comme dans tous les domaines d’ailleurs. Alors que les prix stagnent, les achats diminuent considérablement (neufs comme anciens). L’encadrement des loyers voulu par Cécile Duflot ne devrait pas arranger l’état du marché, surtout au niveau des propriétaires.