Il existe plusieurs sortes de crédits travaux, chacun adapté aux différentes situations. Qu’il s’agisse d’entreprendre une extension du salon ou une rénovation des salles d’eau, d’exploiter les combles ou s’équiper de panneaux solaires, la nature et le montant des travaux envisagés déterminent le choix du crédit travaux.

Les crédits travaux pour les gros chantiers

Dès l’instant que le montant des travaux dépasse les 21 500 €, il est possible d’opter pour le crédit travaux. Son montant n’est pas plafonné, son taux d’intérêt est plus bas qu’un prêt travaux et il se rembourse en 15 ans. En définitive, c’est une forme de prêt immobilier.

Le crédit travaux n’est accordé que sur justificatifs. Il faut présenter à l’organisme de crédit les devis totalisant plus de 21 500 €, puis les factures attestant que les fonds ont exclusivement financé les travaux.

En vertu du montant et de la longue durée de remboursement, l’emprunteur bénéficie d’un délai de rétractation de 10 jours. Le délai de versement des fonds s’en trouve retardé.

Les prêts travaux, une autre forme de crédit à la consommation

Les prêts travaux sont plafonnés à 21 500 € pour une durée de remboursement étalée sur 7 à 8 ans. Les taux d’intérêt varient de 4,5 à 9% selon les établissements de crédit et sont en général moins élevés que les prêts personnels classiques. Cependant, ils sont parfois lourds à supporter considérant la durée du prêt.

L’avantage des « prêts travaux » est qu’aucune justification de la totalité des travaux n’est requise. L’emprunteur est libre de réaliser lui-même tout ou partie de ses travaux. S’agissant d’un prêt affecté, il doit au moins présenter une facture d’achat de matériaux.

L’Eco-prêt à taux zéro ou «éco-PTZ »

Le Ministère du Développement durable a négocié avec les établissements financiers la distribution d’un crédit dédié au financement de travaux d’économies d’énergie. L’Eco-prêt à taux zéro est plafonné à 30 000 €, remboursable sur 10 ans et exonéré d’intérêt.

Issue du Grenelle de l’Environnement, cette mesure est destinée à encourager les travaux d’amélioration de l’habitat en termes de consommation d’énergie.

Le prêt est accordé aux propriétaires d’une résidence principale construite avant le 1er janvier 1990, qu’ils soient occupants ou bailleurs, dès lors qu’ils engagent un ensemble cohérent de travaux « dont la réalisation simultanée apporte une amélioration sensible de l’efficacité énergétique du logement ». Rentrent dans ce cadre les projets de remplacement des fenêtres, d’isolation de la toiture, d’installation de panneaux solaires ou d’un chauffage utilisant les énergies renouvelables.

Il faut alors se rendre dans l’une des banques partenaires de l’éco-PTZ avec les formulaires types dûment remplis et les devis des travaux envisagés. Le prêt est accordé sans condition de ressources et l’emprunteur est tenu d’engager ses travaux dans les deux ans qui suivent.

L’éco-PTZ est distribué par La Banque Postale, la Caisse d’Epargne, le Crédit Foncier, le Crédit Agricole, le Crédit Immobilier de France, BNP Paribas, la Société Générale, la Banque Populaire, le Crédit Mutuel, le CIC, le Crédit du Nord, Solféa, Domofinance, LCL, la Banque Chalus et KUTXA Banque.

Les prêts « Rénovation Bleu Ciel d’EDF »

Il s’agit de prêts accordés aux particuliers entreprenant des travaux pour améliorer la performance énergétique de leur logement. Qu’il s’agisse de chauffage ou d’isolation, les travaux doivent obligatoirement être confiés à un professionnel conventionné par Bleu Ciel d’EDF.
Le taux d’intérêt est à partir de 2,95% pour un prêt de 1 500 à 4 999 € remboursable en 12 à 24 mois. La durée du prêt EDF varie de un à douze ans pour un montant maximum de 30 000 €.