Les marchands de liste dans le collimateur de l’UFC-Que Choisir

Proposant des listes de biens immobiliers en location censées être personnalisées et exclusives, les marchands de liste, dont la cible est essentiellement les étudiants, font l’objet d’une action en justice de la part de l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir. En cause : le non-respect de la législation, et un service jugé ni pertinent ni efficace, voire abusif dans certains cas. Treize enseignes sont ainsi directement visées par ce dépôt de plainte.

L’enquête de l’UFC-Que Choisir

Suite à de nombreux retours et un niveau d’insatisfaction élevé, l’association de protection des consommateurs a mené une enquête dans onze villes universitaires, avec pour objectif de trouver un logement pour un étudiant. Dix-huit marchands de listes, relevant de quinze enseignes au total, ont ainsi été sollicitées.

Et les résultats de cette étude sont pour le le moins révélateurs, mais surtout très inquiétants pour les étudiants et leurs familles, sur le point d’effectuer leur rentrée universitaire pour beaucoup d’entre eux.

La première zone d’ombre relevée dans les pratiques de ces marchands de liste est la dissimulation manifeste de l’activité même de ces professionnels au service des étudiants. En effet, la grande majorité utilise les termes « honoraires » ou encore « frais d’agence » pour justifier le coût d’achat de la liste, laissant ainsi supposer aux clients qu’il s’agit d’agences immobilières.

De même, 89 % de ces marchands ne délivrent leurs listes qu’après avoir perçu le règlement, lequel peut aller de 200 € jusqu’à 450 € à Paris, soit un tiers du budget étudiant. Or, cette pratique est parfaitement illégale, la loi exigeant que le paiement ait lieu après la réalisation du service.

Enfin, une fois la liste entre les mains de l’acheteur, il s’avère que les biens proposés ne sont dans la plupart des cas (51 %) absolument pas pertinents, ne correspondant pas aux critères du client. Ou, lorsque quelques biens pertinents sont présents sur la liste, ils ne sont plus disponibles, comme a pu le constater l’association lors de son enquête. 24 heures après avoir acheté la liste à APL Location à Lyon, trois biens sur les quatre en adéquation avec les souhaits du client n’étaient déjà plus disponibles.

Mesures et précautions pour parer à ces pratiques

Forte de ces observations, l’UFC-Que Choisir a décidé de porter plainte contre treize enseignes : Ancea, APL Location, Casa Immo, Chaîne des propriétaires et des particuliers, MIL’IM Strasbourg, Directe Location Bordeaux, Directe Location Dijon, Git’Immo, MIL’IM Lyon, Top Immo 59, Pan euro Nord, Pan euro Sud et Service location.

Toutefois, et en attendant les résultats de cette action en justice, il est conseillé aux étudiants de redoubler de vigilance dans leurs recherches, et d’éviter autant que possible de solliciter les services des marchands de listes.

Recourir à un site internet d’annonces gratuites apparaît en effet comme une solution aussi efficace, et surtout nettement plus économique.

Reste que trouver l’appartement idéal lorsque l’on est étudiant relève parfois du parcours du combattant, nécessitant une grande disponibilité et une organisation particulièrement rigoureuse.

C’est pourquoi l’UFC-Que Choisir espère que l’activité de marchands de listes sera prochainement mieux encadrée, permettant alors aux étudiants de bénéficier d’un service véritablement pertinent, et à la hauteur du prix demandé.