La FNAIM œuvre pour améliorer l’encadrement des pratiques en matière d’immobilier

Paru ce jeudi 14 juin, un article dans Le Parisien dénonce les agissements de certains locataires et agents immobiliers qui trouveraient un arrangement financier pour que ces derniers leur attribuent le logement qui leur plaît. Réagissant sans attendre, la Fédération NAtionale de l’IMmobilier a immédiatement condamné ces pratiques, dans le cas où celles-ci s’avéreraient être réelles, même si, malgré cela, celle-ci a tenu à rassurer les usagers quant au caractère extrêmement rare de ces procédés.

Une réforme de la législation qui devient de plus en plus urgente

Envisagée depuis longtemps déjà, cette réforme devrait ainsi permettre de renforcer les exigences requises pour tout ce qui touche à la formation, avec la création également d’un code de déontologie imposé alors à tous les professionnels.

Un système disciplinaire pourrait aussi voir le jour, de même qu’un conseil national des professions immobilières, avec la possibilité de la mise en place également d’une alternative à la voie judiciaire, venant ainsi améliorer encore les avantages déjà apportés par les autres mesures préalablement citées.

De nouvelles dispositions prises à l’initiative de la FNAIM et de l’UNIS

Venant tout juste de faire part de leur intention à la nouvelle Garde des Sceaux, Christine Taubira, ces deux organismes espèrent qu’un texte de loi sera voté rapidement pour réussir à résoudre enfin les difficultés de ce secteur.

Exerçant au plus près de ses adhérents, la FNAIM œuvre depuis 1946 pour que ces derniers puissent bénéficier des meilleures conditions, celle-ci présentant, en effet, de grandes compétences dans différents domaines : juridique et économique notamment et prenant aussi une part active dans l’élaboration de nouveaux textes de loi toujours plus adaptés.